« IL Y A ICI BEAUCOUP DE RESPECT POUR LA RELATION HUMAINE » X.L DE CABANES

0
14

XAVIER LAPEYRE DE CABANES AMBASSADEUR DE FRANCE AU BURKINA

L’HISTOIRE RETIENDRA QUE C’EST SOUS LUI QU’UN PRÉSIDENT FRANÇAIS A EFFECTUÉ UNE VISITE OFFICIELLE AU BURKINA APRÈS
PLUS DE TRENTE ANS (FRANÇOIS MITTERRAND EN 1986). CELLE D’EMMANUEL MACRON EN NOVEMBRE 2017. C’EST DONC EN TOUTE
LOGIQUE QUE L’AMBASSADEUR XAVIER LAPEYRE DE CABANES RETIENT CELA COMME L’ÉVÈNEMENT QUI L’A BEAUCOUP MARQUÉ. DANS
CETTE INTERVIEW QU’IL NOUS A ACCORDÉE, M. DE CABANES S’EXPRIME SUR LES RAPPORTS DIPLOMATIQUES ENTRE LE BURKINA ET
SON PAYS LA FRANCE. DU BURKINA FASO, IL PARLE D’UN PAYS CHALEUREUX, AUX SENS CLIMATIQUE ET HUMAIN. CEPENDANT, S’IL Y
A UN BOUTON SUR LEQUEL APPUYER POUR BOOSTER LE DÉVELOPPEMENT DU PAYS, SANS HÉSITER, C’EST L’ÉDUCATION DIT-IL.

LE GRAND FASO : Bonjour M. l’ambassadeur. Comment se portent les relations entre
les deux pays et quels sont les axes de coopération ? Xavier Lapeyre De Cabanes : La relation
est excellente. On a eu pour preuve que le Président du Faso a reçu le Président de la République française
en visite officielle il y a près de six mois maintenant (il faut impérativement situer
la date de l’entretien). C’était une grande visite. Si le président a décidé de venir
dernièrement, c’est parce qu’il comptait sur le Faso pour renouveler un petit peu
sa vision de ce que doit être la relation entre la France et les pays d’Afrique en
général, mais avec le Burkina Faso en particulier. Les axes de coopération concernent
évidemment des questions de sécurité qui sont devenues primordiales dans
notre politique française du Burkina, mais il y a également la question du
développement qui est ancienne mais qui se poursuit. Est-ce qu’après ce qui s’est passé
récemment notamment sur la question sécuritaire devenue primordiale, la
France va-t-elle revoir à la hausse l’aspect sécuritaire à travers son
ambassade ? C’est déjà le cas, depuis un à deux ans maintenant, on n’en parle pas toujours
mais c’est nécessairement des détails qui doivent rester confidentiels. Mais il y a une
coopération en matière de sécurité quels que soient les domaines. De notre point
de vue cela fonctionne très bien, j’espère que les Burkinabè pensent pareil.
Depuis que vous êtes installés ici au Burkina Faso, est-ce que vous avez visité
des sites touristiques ? Oui bien sûr. Je suis allé un instant au Sahel. Je suis allé dans la boucle du
Mouhoun que j’aime beaucoup, à Banfora j’ai visité les pics de Sindou, c’est vraiment
très beau. J’ai également connu Fada N’Gourma une belle et grande forêt. J’ai
aussi fait Bobo Dioulasso, Nanfiéra… Vous connaissez certainement des tenues
traditionnelles burkinabè ! Absolument.