HABITAT KASSÉNA: UNE BEAUTÉ ARCHITECTURALE

0
7

LE SUD DU BURKINA FASO REGORGE D’ÉNORMES POTENTIALITÉS TOURISTIQUES. DES RUINES DE LOREPENIE AUX PICS DE SINDOU, UNE
ARCHITECTURE TRADITIONNELLE SPÉCIALE MARQUE L’ATTENTION DE PLUS D’UN TOURISTE. C’EST CELLE DES HABITATIONS KASSÉNA. QUI EST
CE PEUPLE ? QUELLE EST SON HISTOIRE ? QUEL EST LE GÉNIE QUI SE CACHE DERRIÈRE CES BELLES CONSTRUCTIONS ? ALLONS DÉCOUVRIR CELA.

Kasséna est le nom de l’ethnie vivant dans le village de Tiébélé. Il est situé au Sud du
Burkina Faso à quelques kilomètres de la frontière du Ghana. Peuple ghanéen au
départ, à Tiébélé on retrouvait les Kollo avant la création du royaume au 16e
siècle par l’aventurier mossi N’bouintchité. Peuplé d’environ soixante-douze mille
habitants, Tiébélé est divisé en une soixantaine de petits villages. Le Kassim
est la langue parlée. C’est une langue simple car en un mot, on pourrait sortir
trois définitions. « DILE » par exemple, signifie bonjour, bonsoir, merci. Au Burkina
Faso, les Kasséna sont classés dans la grande famille ethnique des Gourounsi
qui regroupe en plus des Kasséna, les Lélé et les Nouni. Sur le plan architectural,
les Kasséna sont célèbres par l’esthétisme de leurs habitats traditionnels et leurs
peintures murales exceptionnelles. Habitat kasséna, une culture qui perdure
La répartition des tâches est ainsi faite: les hommes construisent les cases et
les femmes en assurent la peinture. Il y a trois types de cases. La case ronde
avec le toit de paille est réservée aux hommes célibataires. Celle rectangulaire
est réservée aux jeunes couples. Enfin la case « néré » couramment appelée case
en 8 est destinée aux anciens et aux petits enfants. Elle est aussi utilisée de nos jours
pour certains rites funéraires. Comment est-elle faite la peinture ?
En pays kasséna, ce sont les femmes qui assurent la décoration murale. Elles
y peignent des figures symboliques, géométriques ou zoomorphes liées
à leurs représentations sociales et culturelles. Techniquement, la peinture
est faite à base de pigments naturelles : graphite, talc, latérite, terre grise très
cohésive, bouse de vache, cendre de bois ou encore décoction domestique
et goudron contemporain. Elles passent d’abord au décapage et colmatage des
fissures des murs puis à la technique de la peinture.