GRANDE JOURNÉE CIVIQUE: OU ZÉRO ACCIDENT ET ZÉRO POLICIER AU FEU

0
728

Elèves et Etudiants ont décidé de prendre d’assaut les carrefours de la ville de Ouagadougou le 24 août 2019. Détrompez-vous, ce n’est pas pour une grève mais plutôt pour une Grande Journée Civique-Civile. L’initiative vient d’un groupe de jeunes dont Djibril Nacambo, étudiant en faculté des Sciences de Dhan El Mahraz en Fès au Maroc. Le magazine LeGrandFaso l’a reçu ce mercredi 21 août 2019 dans ses locaux pour en savoir davantage.

Assurée au moins le temps d’une journée, zéro accident  dans la ville de Ouagadougou. C’est la quintessence du concept : « Grande Journée Civique-Civile » pensée par un groupe d’élèves et étudiants. Elle aura lieu le samedi 24 août 2019 et concernera tous les carrefours de la capitale. Au cours de cette journée, la circulation sera régulée par les élèves et étudiants de 7h à 15h, foi de Djibril Nacambo, un des initiateurs du concept reçu par LeGrandFaso magazine ce mercredi 21 août 2019.

Selon ces jeunes, l’insécurité routière est plus que perceptible dans la capitale burkinabè d’où cette journée. « Tous les matins ce sont les sirènes des ambulances qui nous réveillent et continuent de siffler toute la journée parce qu’il y a trop d’accident », déplore M. Nacambo. « De façon pratique, nous comptons nous positionner en petit groupe de 5 dans tous les carrefours de la capitale à partir de 7h jusqu’à 15h », précise-t-il. Il laisse entendre que le souhait est d’avoir zéro accident et zéro policier au feu le temps d’une journée. Cette activité, précise l’étudiant en Mathématique appliqués, permettra aux élèves et étudiants de connaitre non seulement les dangers, les périples et les difficultés que vivent les agents régulateurs de la circulation mais aussi de redorer l’image de l’élève et de l’étudiant burkinabè.

Selon M. Nacambo, le 23 août, c’est-à-dire la veille de l’activité, une formation sera assurée par la Police Municipale et l’Association One Village aux élèves et étudiants. « Je lance un vibrant appel à tous les élèves et étudiants de la ville de Ouagadougou de sortir massivement et montrer aux yeux du monde entier qu’ils sont matures et responsables », conclut-il.